Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/04/2010

Carnets de voyage. Mars/Avril 2010.

P1010560.jpgMardi 23 mars. Trois jours que nous sommes mariés. L'avion est à 8 heures 25, le taxi nous attend au bas de l'immeuble à 6 heures. Voyage sans histoire sinon qu'il est atrocement long. Pour me distraire, j'accompagne la trajectoire de l'avion sur un écran placé devant mon siège. Je ne comprends pas pourquoi le pilote passe au-dessus de Reykjavik. L'hôtesse m'assure que c'est une ville froide mais néanmoins charmante. Je la crois aisément mais sa réponse ne me satisfait pas, c'est comme si vous embarquiez pour un Paris-Marseille et qu'en jetant un coup d'œil par le hublot, vous reconnaissiez le port de Brest et son Institut d'Études Maritimes. Je confie mes craintes à Chantal, elle suppose que le GPS de l'avion fonctionne mal ou ne fonctionne pas du tout, aussi ne sommes-nous rassurés qu'après avoir atterri à New York. JFK. L'attente au contrôle de police est presque aussi longue que le voyage. Conformément aux ordres qu'on me donne, je pose le pouce de la main droite sur un écran, ensuite tous les doigts, ensuite le pouce gauche, puis les autres doigts et pour finir un policier me photographie de face. En France, on applique ce traitement après que le criminel ait commis son crime, ici on l'applique avant.

La douane franchie, Philippe C. nous attend derrière la barrière et nous propulse vers sa voiture, tout heureux de nous avoir sur ses nouveaux territoires. Par un hasard stupéfiant quand on sait comme tout un chacun que Manhattan a une superficie de 58 kms2, l'hôtel qu'a retenu Chantal par l'intermédiaire d'une agence de Nyons se trouve à dix mètres du bureau de Martine, la femme de Philippe, sur 57ème Street.

On avale quelques saloperies dans l'arrière-salle d'une mangeoire américaine, on se repose dix minutes dans notre chambre et nous voilà bras dessus, bras dessous, sifflotant un air de Nougaro dans les rues ensoleillées de New York City. À 7 heures (heure locale), nous rejoignons Martine et Philippe qui nous entraînent dans un restaurant français, à perpète. Aux murs, des plaques émaillées (Bouillon Kub, Potasses d'Alsace, Blédine et autres friandises). Sur les étagères, des vieux fers à repasser au milieu de pots de chambre et de moulins à café Peugeot. On a traversé l'Atlantique pour se retrouver aux Puces de Saint-Ouen avec au menu : couscous et merguez. Bienvenue to America. Salam.

(à suivre)

 

IMG_1361.JPG

 

 

 

17:26 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0)

26/12/2009

L'HUÎTRE EST CREUSE !

L'HUÎTRE EST CREUSE.

Comme Obama et Hu Jintao, les duettistes écolos, je suis pour le réchauffement du climat. Franchement, vous avez entendu quelqu'un se plaindre du bel été qu'on a eu? Tant pis pour les pingouins, les harengs et les ours blancs, ils n'ont qu'à s'adapter. Est-ce qu'on ne s'adapte pas, nous? Demandez à Darwin. On n'a pas cessé de s'adapter. Et ces cassandres qui nous affirment dur comme fer que les océans vont monter de sept mètres ! Mais c'est pas assez ! J'en veux dix, moi! Avec dix mètres de plus, j'aurai la plage devant chez moi. Avec un parc à huîtres. Qui s'est préoccupé d'elles à Copenhague? Or les huîtres creuses sont victimes d'une mortalité exceptionnelle depuis deux ans. Est-ce le virus de la grippe, une épidémie de suicides provoquée par le harcèlement des oursins, un génocide conchyliphobe? Combien de rescapées auront les moyens de se réfugier dans nos assiettes? "On ne peut pas rester les bras croisés" dit un conchyliculteur. On aurait souhaité avoir l'avis des huîtres elles-mêmes, mais elles sont trop creuses, m'a-t-on rétorqué. Personnellement, je les préfère pleines.

Ah, j’allais oublier… Ariel Sharon est toujours vivant.

Photo du 66471581-12- à 18.27.jpg

 

HACHE UN NAIN!

Chez moi, les cloches sonnent à la volée mais l’église est vide. Il y aurait du monde si au lieu de refiler de minuscules hosties aux communiants, les curés leur flanquaient des crèpes dans la tronche, voire des pizzas pour les paroisses les mieux équipées en four à bois.

À la radio, c'est catho. Je coupe. À la télé, je subis la litanie des résultats sportifs entrecoupés d'interviews d'une intelligence à couper le souffle. Le sport serait-il notre identité nationale ? Dans ce cas, le métissage serait réussi, comme la grippe. Elle a été espagnole, aviaire, asiatique, elle a été mexicaine, porcine, H1N1 (prononcez "Hache un nain!"), grippe A, elle est aujourd'hui grippe bachelotte, demain grippe UMP. Du coup, le virus prend peur et en appelle à l'identité nationale.

 

Photo du 68015329-12- à 18.53.jpg

 

PLOMBIER MOUSTACHU.

Au Moyen-Âge, les gens ne fumaient pas, bouffaient bio et mouraient à 25 ans. Il faut s'en souvenir avant d'aller payer ses légumes plus cher sous prétexte qu'ils sont terreux. Monsieur Seize, le légume cacochyme du Vatican n'est pas bio, alors il béatifie son collègue Pie XII pour le remercier d'avoir laissé les Juifs prendre le train pour Auschwitz au nom de l'identité cathonationale. Pensez que si le TGV avait existé à l'époque, les Juifs ne seraient jamais arrivés en Pologne, les caténaires auraient gelé avec la neige et le froid. Brrrr. Déjà marre de l'hiver, je me prends à regretter le trou de la couche d'ozone. Les experts prédisaient que les rayons passeraient au travers et nous transformeraient en merguez. Qui l'a bouché ? Que ce héros méconnu lève le doigt ! Iris, ma petite fille de onze ans affirme que c'est Super Mario le Plombier Moustachu. Nom de Dieu, béatifions-le à la place de ce saligaud d’Impie XII !

 

Photo du 68006021-12- à 18.53.jpg

 

 

C'EST MOCHE, UNE VACHE.

Les publicités rivalisent d'ingéniosité pour m’obliger à de nouveaux achats. Pourtant, il n'est pas de nouvel objet que je ne possède déjà. La fourchette, par exemple. Depuis qu'on l'a inventée, on a créé des milliers, des millions de nouveaux modèles. Tous inutiles. Ma fourchette reste une fourchette. Il en va ainsi du tire-bouchon, du stylo à bille, des nains de jardin, des baskets et de ma poupée gonflable.

La Suisse a fait la Une cette année. Les comptes secrets, Polanski, les fichiers piratés d'HSBC, les minarets. Rien ne serait arrivé si elle faisait partie de l'Europe, Bruxelles l'aurait grondée. Moi, à la place de Polanski, je me convertis à l'islam et je construis un minaret au-dessus de mon chalet. Mais qu'est-ce qu'ils ont contre les minarets ? Ce n’est pas plus moche qu'une vache. Et ça ne rumine que cinq fois par jour. Depuis que l'homme s'imagine que le Grand Barbu existe, des églises ont été transformées en mosquées au gré des conquêtes arabes et des mosquées en églises après la reconquista espagnole. En Suisse, les écolos pourraient opportunément transformer les minarets en éoliennes. On entendrait "Allah K'bar" chaque fois qu'on allumerait une lampe.

 

Photo du 67906450-12- à 18.51.jpg

 

 

CHOLESTÉROCK.

Il est belge, il chante souvent en anglais et il est résident helvétique. Comment est-il devenu notre identité nationale à lui tout seul au même titre que Tino Rossi, Charles Trenet, la baguette, le béret et la pince à vélo ? Mystère. Il lui en aura fallu, des efforts pour y arriver. Il a beaucoup yéyéyé, twisté, discoté, bluesé, rockanrollé, huilé ses hanches, graissé sa moto, optiqué ses lunettes 2000, sans cesser d’enchanter, sans cesser d'être sympathique parce que notre Johnny à nous, c'est du rock lipide, du lourd, du cholestérock pur jus, du rock de terroir et ça, ladies and gentlemen, ça ne s'exporte pas. On l'aime, on le garde pour nous. Si les Américains et les Russes veulent de la chanson française 0% de matière grasse, on leur envoie Mireille.

 

Photo du 67971772-12- à 18.52.jpg

REJETONS.

On a installé le conifère dans le salon. On lui a mis une étoile, des boules, une guirlande. Plus triste qu'un conifère enguirlandé, il n'y a pas. Ou alors, une bourgeoise de Neuilly le jour de la première communion de son filleul.

Il y a plus de 2.000 ans naissait Jésus, entouré de l'affection d'un âne et d'une vache. Je trouve que ce n'est pas très respectueux d'appeler ainsi ses parents. À propos, encore une mère qui a tué son rejeton cette semaine. C'est elle qui l'a conçu, alors pourquoi lui faire un procès ? Qui nous dit qu'en grandissant, ce bébé n'allait pas devenir un serial-killer ou un homme politique, responsable de je ne sais combien de prostituées dépecées et de calamités sociales ? Si la maman de Jack l'Éventreur l'avait tout de suite fourré dans le congélateur, on l'aurait condamnée ? Si Marie avait jeté son bébé Jésus dans une poubelle à pédale, n’eut-elle pas évité son martyre ? Si on les appelle des rejetons, c'est qu'il y a une raison, tout de même.

 

Photo du 67881449-12- à 18.51.jpg

 

 

CADAVRES AU BORD DE LA CRISE.

Messe de minuit. Une déséquilibrée déséquilibre un pape. Un cardinal brandit son col du fémur et le casse. J’en perds mon équilibre.

Nationalistes turcs, détrousseurs de cadavres, gang serbe à la recherche du trésor de Milosevic caché à Chypre, qui a volé le corps du chef d’état cypriote, mort en 2008 ? Les avantages à kidnapper un cadavre plutôt qu’un être vivant sont nombreux. Pas de résistance, économies de nourriture, aucun risque d’évasion, aucun frais de gardiennage, prison réduite à un coffre de voiture. Si le procédé se répand, hâtons-nous de rassembler tous nos présidents défunts, Thiers, Mac-Mahon, Coty, Pompidou, Mitterrand et les autres, dans un endroit facile à surveiller. Fleury-Merogis, par exemple. Chirac leur fera bien une petite place.

La crise est derrière nous, entends-je. Balivernes, comme on dit dans les phylactères belges. La crise bancaire, oui, mais pas la crise sociale qu'elle a engendrée. Celle-ci sera terminée lorsqu'on aura résolu cette équation pourtant simple à comprendre : on a besoin de moins en moins d'ouvriers pour fabriquer de plus en plus de produits de consommation, d'où une pandémie de chômage. Or, il faut bien que quelqu'un achète les produits. Comment transformer un chômeur en consommateur ? Qui trouve la solution résout la crise. Je te passe le relais, Sarko. Réfléchis, pour une fois.

Le docteur Seguev le confirme : « Ses yeux sont ouverts, il regarde la télé ». Fais gaffe, Netanyahou, il revient !

 

Photo du 66471581-12- à 18.27.jpg

 

 

 

18:34 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (3)

25/12/2009

Parfois, je me sens...

Le messie, le temple et le commissaire

Une fable sociale allègrement déjantée où religion et politique font, chacun 
à sa manière, des miracles

Parfois je me sens comme un enfant sans mère.Parfois je.jpg

On oublie parfois que l’auteur de Navarro est aussi et surtout un grand romancier. Raison de plus pour s’immerger dans ce bijou au titre emprunté à un gospel célèbre et douloureux. Il y est question de misère, de malheureux, délaissés par une société qui abandonne ses enfants et dans laquelle refleurissent bidonvilles et ghettos à côté de villes opulentes où s’exhibent morgue et richesse les plus insolentes. Une société où les misérables d’aujourd’hui s’étripent en attendant un signe du destin ou la venue de quelque nouveau messie qui rachèterait leur monde des péchés qu’ils n’ont pas commis. Justement le voilà, qui répond au nom sibyllin de Conseiller, et qui vient établir sur terre la Maison de la paix des cœurs, « un suppositoire de cinquante mètres de diamètre à la base terminé en ogive quarante-cinq mètres plus haut ». À la fois église, temple, mosquée et synagogue qui honorerait le dieu rassembleur des quinze religions. En quelques jours, le nouveau Jésus, qui a sorti de l’ornière une pécheresse rebaptisée Maria Bonita, va multiplier les miracles. Mais en ville on s’inquiète de ce perturbateur aux idées et aux moyens peu orthodoxes. Le commissaire Ballard, un nom évocateur, devra mettre de l’ordre, débarrasser la société de cette cour des miracles, ce camp de l’apocalypse où grouillent tous les rebuts de la société grisés par le message de leur nouveau gourou. Roman noir, récit de science-fiction, fable apocalyptique, le dernier roman de Topin est tout cela, mais il est surtout l’occasion d’un tour de force littéraire. Topin réussit, tout en abordant des thèmes on ne peut plus actuels, à mener tambour battant et d’une plume allègrement déjantée, un récit haut en couleur qui doit plus à François Rabelais et à Chester Himes qu’à ses confrères en écriture. Un régal  !

Roger Martin

 

14:23 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0)

16/09/2009

Bob Garcia est un copain !

 

Bob Garcia.jpg

 

 

16:59 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0)

02/06/2009

Du noir, du lourd.

Article paru le 30 mai 2009 dans le supplément dominical de Ouest-France.

 

Noir.jpg

 

10:06 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0)

28/05/2009

Pandémonium

Pandémonium » est un mot apparu en 1663 sous la plume de l’anglais John Milton dans Le Paradis perdu. Pandémonium désigne la capitale imaginaire des enfers où Satan invoque le conseil des démons. Depuis, ce mot est également utilisé pour désigner un lieu où règne corruption, chaos et désordre. (Wikipedia).

Pandémonium.jpg

 

 

18:45 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0)

15/05/2009

Parfois je me sens comme un enfant sans mère

- C'est quoi, ça ?

- Mon dernier bouquin. Il sort en librairie à partir du 13 mai.

- De cette année ?

- Imbécile, je fais en haussant les épaules.

- Qu'est-ce que c'est que ce titre à la con ? qu'il me fait Albert avec sa voix haut perchée (je ne vous présente pas Albert, vous ne le connaissez que trop) Un titre, ça doit être court, percutant, comme par exemple : Clash ! Stop ! Hulk !

- Tu confonds titre et onomatopée, je réponds sans me mettre en colère depuis le temps que j'ai l'habitude de me farcir cet abruti. Mais tu as raison, surtout qu'un enfant sans mère, ce n'est rien d'autre qu'un orphelin. Je pourrais faire : "Parfois je me sens comme un orphelin", par exemple. Oui, c'est pas mal.

- Encore trop long, me dit Richard (si vous ne connaissez pas Richard, dites-vous bien que ce n'est pas grave, on peut s'en passer). Ça veut dire quoi, parfois ?

- C'est vrai qu'un orphelin ne peut pas être parfois un orphelin, il est toujours un orphelin. Je peux le supprimer. Je me sens comme un orphelin, qu'est-ce que vous en dites ?

- Hummmm, fait Albert en mordant dans un croissant tellement rassis qu'il a l'air d'avoir connu Moïse.

- Je me sens comme, ça sonne mal.

- Je me sens orphelin. Vous avez raison, c'est mieux.

- Pourquoi, je me sens ? dit Richard en se grattant la cuisse. Est-ce qu'on se sent soi-même ? Orphelin, ça suffirait.

- Voilà un bon titre, renchérit Albert. ORPHELIN !

- Oui, seulement, le héros du livre n'est pas orphelin, vous comprenez ? C'est juste qu'il se sent comme un orphelin mais il ne l'est pas.

- Il est quoi ?

- C'est un mec, vous voyez, qui est acculé, menacé d'extinction, mais qui se défend comme un tigre.

- Ouais ! Phélin ! Supprime "or", s'écrie Albert.

- Ça, c'est un titre ! Félin !

- Ouais, personnellement, je trouve pas… Et puis, ça résume pas le bouquin.

- On s'en fout.

- Ouais, on s'en tape. C'est quand, qu'il sort en librairie, tu m'as dit ?

- Le 13 mai.

- De cette année ?

Je vous ai prévenus, ils sont infréquentables.

Parfois.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au milieu d'une cité oubliée des dieux, un étrange individu venu on ne sait d'où subjugue ses habitants et leur ordonne d'édifier un nouveau temple. La cité abandonne sa routine pour se consacrer, pleine de ferveur, à cette tâche immense. Pendant ce temps, Bruno Weissmann tue un flic et s'évade du commissariat où il avait été arrêté pour rejoindre la nouvelle communauté, devenue le refuge des âmes perdues, et constituer un groupe armé. Le commissaire Ballard est dépassé mais cela fait des années qu'il a l'impression que la police ne comprend plus grand-chose à la société qui l'entoure. Quand une guerre éclate ouvertement entre la police et l'armée des illuminés que dirige Weissmann, Ballard, coincé par sa hiérarchie, est chargé d'une terrifiante mission au cœur d'un monde apocalyptique.

La vision crue, hallucinée, d'une société en pleine déliquescence qui pourrait être la nôtre dans un avenir proche.

 

 

10:35 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0)

16/04/2009

Ore Contate

 

Il ragazzo lo segue, lui lo sa. Al telegiornale di mezzogiorno,Ore Contato (Bentch).jpgsbracciandosi davanti a un’immensa cartina della Francia, l’annunciatrice del meteo aveva previsto temporali. Forse per far contenti i bifolchi che, da quando era iniziata la canicola, affollavano le chiese per bisbigliare preghiere a santi policromi e sordi. Buco dell’ozono, surriscaldamento terrestre, gli iceberg sono ormai come ghiaccioli in un bicchiere di whisky, alcune isole stanno scomparendo, il livello del mare sta salendo, Mont Saint-Michel rischia di essere sommerso e il ministro della Salute non interrompe nemmeno la villeggiatura. Al popolino viene promessa l’apocalisse.

È lui, l’apocalisse.

 

14:54 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0)