Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/06/2011

TOP 10 DES PLUS BELLES POCHETTES DE DISQUES PAR SOPHIE TOPORKOFF

Michel Magne - Moshe Mouse Crucifixion (1975)
Artwork: Tito Topin

Selon Wikipedia : "Tito Topin est un dessinateur, écrivain et scénariste de télévision français né en 1932 au Maroc. Il est surtout connu pour avoir créé la série Navarro, diffusée sur TF1."
Ceci n'a vraiment rien à voir avec la pochette qu'il a créée pour Moshe Mouse Crucifixion, concept-album-pop hyper bizarre, subversif et provoc, aux textes (en français, anglais et yiddish) proto-kabalistiques, sur des rythmes bien 'fat'.

MosheMouse-1.jpg

06/06/2011

Ouest-France a lu "Les enfants perdus de Casablanca"

Enfants perdus. Couv.-2_2.jpg

Enthousiasmant Tito Topin ! Ce diable d'homme sait écrire, évidemment. Scénariste prolifique, créateur du personnage de Navarro, quand il raconte une bataille aérienne au-dessus de Casablanca, on ne s'ennuie pas. Il tisse un hommage à la ville qui l'a vu naître, un récit où l'on croise Patton, Churchill et de Gaulle, une histoire d'amour, des personnages attachants, des questionnements sur le racisme et la colonisation, sur fond d'histoire du Maroc entre 1942 et 1955. À l'heure où le printemps arabe fait tourner les yeux de l'Occident vers le Maghreb, on lui souhaite beaucoup de lecteurs. (Anne Kiesel)

Tito Topin: Les enfants perdus de Casablanca (Denoël) 430 pages, 20 €.

 

16/05/2011

INTERVIEW - LES ENFANTS PERDUS DE CASABLANCA





13/05/2011

Escolhendo a carreira.

Reçu de mon ami Julho Ernesto Bahr, demeurant à Londrina (Brésil) le dessin humoristique suivant que je vous traduis au cas improbable où vous ne l'auriez pas compris. "Papa, je suis en train de penser que je vais me lancer dans la carrière du crime organisé." "Dans le secteur public, ou privé ?".

carreira-gif.gif

01/05/2011

DERNIÈRE PARUTION !

Ce livre (qui vient de paraître) est dédié à ma ville, Casablanca, à ceux qui l'ont faite, à ceux qui la font.

Bonne lecture à tous !

Enfants perdus. Couv.-2_2.jpg

 

Louis, un Américain débarqué en 1942 à Casablanca avec les Alliés et qui va y ouvrir un bar, Lucas, un pied-noir attaché à son pays et désemparé par la mort brutale de sa mère, Jilali, un avocat marocain idéaliste qui va plonger dans la lutte pour l'indépendance de son pays, se retrouvent unis par l’amour qu’ils portent à la même jeune fille, la belle Gabrielle, en révolte permanente. Confrontés tous les quatre à des événements tragiques, ils deviennent adultes trop tôt, trop vite. Pourront-ils préserver l’insouciance propre à la jeunesse et vivre avec leurs blessures ? Entourés de nombreux personnages hauts en couleur, que les circonstances rendent cyniques ou brisés, ils n’ont d'autre boussole que leurs sentiments exacerbés. Qui les amènent à côtoyer la mort.

Une grande fresque historique très documentée, située au Maroc entre 1942 et 1955, qui se déroule sur fond de Deuxième guerre mondiale, de conflits entre Vichy et les libérateurs de l'Afrique du Nord, de luttes d'indépendance. Mais aussi un roman d'amour à suspens, plein de bruit et de fureur, où l'on croise des personnages de fiction très attachants ainsi que des figures historiques peu banales, comme le général Patton, Winston Churchill ou un certain Charles de Gaulle.

 

11/04/2011

LES ENFANTS PERDUS DE CASABLANCA.

Enfants perdus. Couv.-2_2.jpg

Louis, un Américain débarqué en 1942 à Casablanca avec les Alliés et qui va y ouvrir un bar, Lucas, un pied-noir attaché à son pays et désemparé par la mort brutale de sa mère, Jilali, un avocat marocain idéaliste qui va plonger dans la lutte pour l'indépendance de son pays, se retrouvent unis par l’amour qu’ils portent à la même jeune fille, la belle Gabrielle, en révolte permanente. Confrontés tous les quatre à des événements tragiques, ils deviennent adultes trop tôt, trop vite. Pourront-ils préserver l’insouciance propre à la jeunesse et vivre avec leurs blessures ? Entourés de nombreux personnages hauts en couleur, que les circonstances rendent cyniques ou brisés, ils n’ont d'autre boussole que leurs sentiments exacerbés. Qui les amènent à côtoyer la mort.

Une grande fresque historique très documentée, située au Maroc entre 1942 et 1955, qui se déroule sur fond de Deuxième guerre mondiale, de conflits entre Vichy et les libérateurs de l'Afrique du Nord, de luttes d'indépendance. Mais aussi un roman d'amour à suspens, plein de bruit et de fureur, où l'on croise des personnages de fiction très attachants ainsi que des figures historiques peu banales, comme le général Patton, Winston Churchill ou un certain Charles de Gaulle.

(à paraître le 29 avril)

 

10/04/2011

Des rats et des hommes

 

Des rats et des hommes.jpg

Le livre, c'est Des rats et des hommes, de Tito Topin, un vrai grand du polar francaoui que Jérôme Leroy a oublié dans son article de la  Revue générale de Belgique  (janvier 2011). Tito n'est pas seulement le créateur du commissaire Navarro ni seulement un homme délicieux, bon vivant, raffiné et pratiquant une hospitalité orientale dans sa casbah du Lubéron, il a une longue carrière de graphiste, auteur, graveur, dont vous trouverez les traces sur son site. Signalons aussi dans les années 70 sa complicité avec Jean Yanne (hilarantes BD et participation à "Les Chinois à Paris", ce film chef d'oeuvre foutraque sur la fibre collaborationniste des français). Il est surtout l'auteur de très beaux romans noirs: la série autour de la période de décolonisation du Maroc  qu'il a vécue à la première personne (dont 55 de fièvre, Piano Barjo, et mon préféré, Photo Finish). Dans un Paris en proie à une crise des ordures à la Napolitaine et à la montée des fanatismes religieux (si j'ai parlé de Leroy, ce n'est pas par hasard, c'est le même futur proche rongé par les rats et les blattes que maints bouquins de l'ami Jérôme), un vieil ex anarcho-autonome rongé par le crabe, doté de rejetons incestueux et de complices subclaquants règle des comptes avec ses complices d'autrefois qui l'ont trahi. Outre l'aspect visionnaire qui décrit notre monde juste un peu plus pourrissant qu'aujourd'hui, on est ravi par l'art du dialogue décalé, devenu presque un genre à part entière depuis Reservoir Dog. On apprécie particulièrement la pute Olga qui débite avec candeur de longs discours humanitaires dignes de BHL et Mère Teresa réunis. Un bouquin superbe, qui m'a tenu de Paris à Brive et heureusement que le train s'arrêtait là, sinon je ratais la correspondance.

Serge Quadruppani.

17/03/2011

Couvre-mort à Asnières.

img118.jpg

Sans commentaire.