Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog-notes de Tito Topin - Page 7

  • LA BD DE JEAN YANNE

    La Langouste ne passera pas, Jean Yanne et Tito Topin. Editions Casterman, 112 pages, 19,95 euros.

    img197.jpg

    Un jour,  dans un lieu secret, dissimulé sous l’Arc de Triomphe, Astra Khan, le secrétaire général de l’ONU a rendez-vous avec Monseigneur qui est chargé de la direction du B.I.D.E. (Bureau d’Investigation pour la Défense des Espèces), une organisation secrète enviée du monde entier.

    En effet, l’extraordinaire ordinateur hypermé-gafonctionnel du B.I.D.E. doit révéler la composition d’une vitamine qui fera disparaître la guerre de la planète. Le suspens est hallucinant !

    Disons le tout de suite pour casser le suspens insoutenable qui ronge le lecteur, celle Langouste est tout à fait loufoque. Ce chef d’œuvre de nonsense à la française est fermement ancré dans son époque. Tout y est un style graphique bien psychédélique et pop art à la Pellaert, des couleurs flashies qui s’entrechoquent et l’humour acide de Jean Yanne qui vient se répercuter dans toutes les pages, en égratignant hommes politiques et idées à la mode de l’époque. Drôle, sympathique et nostalgique à la fois, avec cette intégrale, Casterman nous replonge dans les Trente glorieuses, une époque où la vie semblait plus facile.

    Pour terminer, précisons que la série a été interrompue brutalement par l’éditeur en raison d’un ton jugé trop irrévérencieux à l’époque.

    François Membre (Le courrier Picard)

  • FABULEUX CAHIER DE PRESSE DE TOUT LE MONDE IL EST BEAU, TOUT LE MONDE IL EST GENTIL.

    img187 - copie.jpg

    Né à Casablanca (80 kms de Skhirat) d'une mère indigène et d'un père indigent, Tito Topin s'affirme très vite comme l'un des plus brillants espoirs de son siècle et quand il intègre l'armée, il devient le premier militaire intelligent depuis César. Emigré en Amérique du Sud, il pratique la contrebande de chaussettes en soie sur le rio de la Plata, puis se marie à Buenos Aires. Il possède actuellement sept femmes, dont trois légitimes.

    De retour en France, il rencontre Jean Yanne et tous deux décident de ne rien faire du tout. Une équipe de "nègres" aux formes callypiges, moyennant une poignée de dollars, fabriquent pour eux La langouste ne passera pas, le seul album de bandes dessinées qui obtient, au prix d'un affreux marchandage et de sombres tractations, deux voix au Goncourt. L'album suivant, Voyage au centre de la C…ulture, n'obtient rien, Tito Topin ayant cette fois-ci refusé de repeindre la cuisine d'Hervé Bazin. Faute de distinction littéraire, il envisage alors plusieurs Oscars grâce à ses nombreuses participations dans l'actuel film de Jean Yanne. Le générique, notamment, véritable fresque monumentale, évoque par certains aspects les plus positifs, encore que non des moindres, la tapisserie de Bayeux. Deux avantages toutefois : le générique est en meilleur état que la tapisserie, et en plus, il bouge.

    (Extrait du fabuleux cahier de presse de Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil, comprenant en outre des renseignements déterminants et longtemps tenus secrets, tels que : une impressionnante fiche technique, une éblouissante fiche artistique, un foudroyant avant-propos, un délirant synopsis, une pénétrante présentation du génialissime auteur, une causerie musclée avec ce même génialissime auteur, de souveraines notices sur ses irrésistibles interprètes et ses collaborateurs réduits en esclavage.)

  • Tito Topin et Jean Yanne. Un dossier bourré de docs accompagne cette édition de La Langouste !

    img039.jpg

    C’était au temps où le monde était gouverné par De Gaulle, Nixon et Mao Tsé Toung, où nos aînés avaient foi dans le nucléaire et le pétrole et se languissaient à la vue de Brigitte Bardot, choisissaient entre les Beatles et les Rolling Stones, regardaient sur l’ORTF (en noir et blanc) les shows yéyés de Jean-Christophe Averty. Un autre monde.

    La révolution était dans l’air. (...) Chacun voulait être dans le coup, voulait « faire jeune ». (...) Les éditions Casterman, ébahies par le succès d’Astérix qui décollait vraiment dans ces années-là, cherchaient la potion magique qui allait « moderniser » leur catalogue.

    Passe Jean Yanne, ludion des médias, nouvelle star du grand comme du petit écran. Tout ce qu’il touche vaut de l’or. On lui commande une BD. C’est Tito Topin dont le trait est « psychédélique » et « pop » (...) qui s’y colle.

    Il avait tapé dans l’œil des éditeurs de la maison tournaisienne avec ses quelques pages publiées dans des journaux catholiques. C’est un pur débutant. Jean Yanne et Tito Topin n’ont, l’un et l’autre, aucune expérience dans la BD. Cela donne "La Langouste ne passera pas !!", cet OVNI, décousu au possible, truffé de jeux de mots improbables et de références aujourd’hui quasi cryptiques, mais passionnantes si l’on veut bien s’y pencher : parodies de publicités et des médias, caricatures d’hommes politiques, allusions à la situation économique, à la mode, aux films de SF (...). La notoriété de Jean Yanne fait la différence. La BD est pré-publiée dans Télé 7 Jours, le plus fort tirage de la presse hebdomadaire d’alors. L’album se vend à près de 150.000 exemplaires, un succès sans lendemain – l’expérience s’arrêtant au deuxième titre car, irrité par l’anticléricalisme de Jean Yanne, Louis-Robert Casterman milita pour l’avortement… de cette collection. Exit Les dossiers du B.I.D.E., car tel était leur nom.

    Les deux seuls volumes publiés figurent dans cette intégrale.

    Tito Topin quitte alors la BD pour faire carrière dans le cinéma et la télévision. On lui doit notamment la création du Commissaire Navarro qui fut des années durant la potion magique des soirées de TF1 (...).

    À la faveur des fêtes, la Langouste s’invite sous le sapin. La nostalgie aussi.

    Didier Pasamonik

  • "L'abécédaire légumophile" désigné meilleur livre de l'année par les "Gourmand World Cookbook Awards".

    Les programmes scolaires négligent l'enseignement de l'histoire ou pire, ils la dégibouillent de façon éhontée, accordant trop de place aux sabreurs, satrapes et va-t-en-guerre de toute sorte et pas une seule aux conquistadores de la substance sapide. Aucun ouvrage n'enseigne la marmite aux marmots, aucune étude n'immortalise le héros qui associa le beurre à l'ail et au persil pour accommoder l'escargot. Pourquoi n'existe-t-il aucune trace de l'inventeur de la fourchette et qui, le premier, a eu l'idée du bouchon et de son corollaire, le tire-bouchon ? De la mandoline à truffe, de la râpe à gruyère ?.. (ainsi commence "M comme Macédoine" par Tito Topin)

    img185.jpg

     

    Il faut être idiote pour choisir la bette et risquer d'attraper par contagion sa mauvaise réputation. Voilà un légume dont le QI, par homophonie sans doute, est sous-évalué. Il n'a vraiment pas la cote, alors même que sa côte ose une blancheur vernissée que peu de plantes à gousses s'amusent à porter au jardin, le blanc étant, il faut le dire, plutôt salissant, comme quoi l'audace, au potager comme ailleurs est toujours mal récompensée... (ainsi commence "B comme Bette", de Chantal Pelletier)


  • That's our pop !

    Langouste !!!.jpg

    Jean Yanne, l’oublié des bédéphiles ? Dans un curieux coup double patrimonial avec Sibylline, les éditions Casterman rééditent en un seul volume les deux seuls scénarios de bande dessinée de l’acteur et humoriste, publiés pour la première fois en 1969.
    On y retrouve la patte d’une drôle de personnalité, qui s’efforce toujours de nager à contre-courant; Jean Yanne et Tito Topin, au détour des loufoques aventures du B.I.D.E (le Bureau d’Investigation pour la Défense des Espèces), épinglent une société en mouvement, encore sous le choc de la tourmente de mai 68, et emporté dans des débats culturels. Les slogans révolutionnaires sont tournés en dérision, et les icônes du pouvoir manifestement dépassées. S’y glissent aussi les références à la nouvelle vague, à la littérature, à l’ORTF ou à la Comédie Française.
    Toutes les idées folles de Jean Yanne sont prétexte à clins d’œil : les extra-terrestres craignent la mayonnaise ? Voilà que Rome autorise la pilule (de mayonnaise, forcément). Les mêmes envoient un monstre agressif ? Toutes les onomatopées produites par ses coups rappellent des écrivains, de « Vian ! » à « Sssshaw… ».

    La particularité de ce double album doit aussi beaucoup à Tito Topin, dessinateur et probable coscénariste. Si la préface ne permet pas de comprendre précisément sa part dans l’écriture, elle nous apprend en tous cas que c’est lui qui « méli mêlait les bouts de trucs » de Jean Yanne. D’où un scénario foisonnant, parfois déroutant, mis en scène dans des images pop où les citations graphiques accompagnent les ruptures de perspective, les couleurs flashy et les volutes enrubannées.
    Original aujourd’hui dans les bacs, La Langouste ne passera pas !! évoque d’autres publications de l’époque. La même année, en Italie, Dino Buzzati publie Poema a Fumetti, sa seule bande dessinée, faite de collages poétiques et baroques. Auparavant, en 1966-1967, Peellaert a pris pour héroïnes Sylvie Vartan et Françoise Hardy dans Jodelle, puis Pravda la surviveuse, tout aussi psychédéliques. On se souvient aussi que depuis le début de la décennie, Roy Lichtenstein a fait passer les comics dans le monde du pop et de l’art contemporain, et que Bardot et Gainsbourg ont chanté Comic strip en 1967, dans un décor du même Tito Topin.
    Tout cela dessine la voix d’un milieu graphique aux prises avec les enjeux culturels et esthétiques de la société. Les bandes dessinées pour adultes sont encore rares en librairie, mais les quelques occurrences vont encourager les journaux pour enfants à évoluer, pour se mettre au diapason des problématiques sociales. Le pop intègrera Pilote en 1970, avec Colman Cohen et Touïs et Frydman.
    Mais si La Langouste n’est pas seule sur son terrain, elle est par contre précurseur par l’invitation d’un people dans le média dessiné. Alors que Lichtenstein ou Gainsbourg utilisait la bande dessinée dans leur travail, Yanne, touche-à-tout permanent, vient faire un tour dans les comic strips des éditions Casterman. Quarante ans plus tard, on ne compte plus ceux qui ont suivi son exemple.
    Le résultat apparaît aujourd’hui comme une vraie curiosité, parfois trop dense, parfois remarquable, et témoignant toujours d’un moment particulier dans l’Histoire du vingtième siècle.
    Clément Lemoine

  • Y'A PAS QU'QUCHOZ QUI GRINCE ?

    Voici l’occasion de (re)découvrir la BD de Jean Yanne et Tito Topin publiée en 1969, La langouste ne passera pas!! par Casterman. Pour tous ceux qui veulent gueuler un bon coup, qui n’aiment pas l’armée, l’ordre établi, la curaille et les cons… si il y a bien un truc qui grince, ce sont les fesses de tous ceux-là. Attention néanmoins à la remontée psychédélique à laquelle  vous vous exposez, il n’y a pas que les neurones qui volaient en éclats et Jean Yanne a marqué aussi bien la télévision, la radio, la presse, le cinéma en tant qu’acteur et comme scénariste [...]

    (Texte tiré de "La mystérieuse librairie nantaise.")

    img148.jpg

  • L'AIOLI EST DÉVATIONNISTE !

    A l'issue de la Conférence du Riz Pré Cuit qui vient de se dérouler 147 avenue du Capitalisme Pourri à Pékin, le président Mao a déclaré :

    "La vigilance a l'égard des complots insensés des impérialistes et de leurs valets doit nous inciter à refuser toute immixtion réactionnaire dans notre culture, y compris notre culture culinaire. L'introduction de l'ail occidental dans la mayonnaise chinoise constitue une véritable agression contre la liberté du Peuple des Travailleurs à édifier leur idéologie et leur cuisine nationales et violent délibérément les lois de l'autocuisine chinoise, l'aioli est résolument déviationniste.

    (Jean Yanne. La langouste ne passera pas.)

    Signature du nouvel ouvrage augmenté de Voyage au centre de la c… samedi prochain 19 novembre à La terrasse de Gutenberg. 9 rue Emilio Castelar. Paris 12° à partir de 17 hres.

    Aioli.jpg

  • NE LAISSEZ PAS PASSER LA LANGOUSTE !

    P1010475.JPG

    Ne laissez pas passer la Langouste, je répète : ne laissez pas passer la Langouste ! Jean Yanne et moi, lui au scénario, moi au plus dur, avions trouvé la solution de la crise actuelle dès 1969 ! 42 ans après, Casterman réédite ce chef-d'œuvre prémonitoire, gratifié d'un autre monument : Voyage au centre de la C… et agrémenté de documents d'époque ! Dommage que tu sois occupé à l'étage du dessus, mon vieux Yanne, parce que voici revenus les temps où la guerre de la langouste embrasait la terre. Ainsi, je serai seul, le 19 novembre, pour signer ta bande dessinée à la Terrasse de Gutenberg.