Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ainsi débute "Un été 22" :

"Les conditions de navigation étaient idéales, le ciel lumineux, l'air limpide et le golfe de Spezia avait l'aspect soyeux d'une étoffe d'un bleu intense tissée de fils d'argent. Comment expliquer le naufrage de l'Ariel, le voilier de Percy Bysshe Shelley, immense poète anglais d'après le Petit Robert des Noms Propres, édition 2012 ? Une gravure ancienne du même dictionnaire nous le restitue en col de chemise très ouvert selon la mode romantique de l'époque, avec un visage d'ange sous des cheveux joliment bouclés, des traits efféminés, deux grands yeux rêveurs sous des cils bien dessinés, des lèvres ourlées, un menton mou. Il me rappelle Baby Face Nelson, le braqueur de banque rendu célèbre par le film de Don Siegel."

img335_2.jpg

... deux boulons qui saillent sous ses cheveux blonds nimbés de la lumière verte du néon de l'hôtel des Voyageurs, au-dessus des tempes. (Ainsi se termine "Un été 22".)

Les commentaires sont fermés.