Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/12/2011

LA BD DE JEAN YANNE

La Langouste ne passera pas, Jean Yanne et Tito Topin. Editions Casterman, 112 pages, 19,95 euros.

img197.jpg

Un jour,  dans un lieu secret, dissimulé sous l’Arc de Triomphe, Astra Khan, le secrétaire général de l’ONU a rendez-vous avec Monseigneur qui est chargé de la direction du B.I.D.E. (Bureau d’Investigation pour la Défense des Espèces), une organisation secrète enviée du monde entier.

En effet, l’extraordinaire ordinateur hypermé-gafonctionnel du B.I.D.E. doit révéler la composition d’une vitamine qui fera disparaître la guerre de la planète. Le suspens est hallucinant !

Disons le tout de suite pour casser le suspens insoutenable qui ronge le lecteur, celle Langouste est tout à fait loufoque. Ce chef d’œuvre de nonsense à la française est fermement ancré dans son époque. Tout y est un style graphique bien psychédélique et pop art à la Pellaert, des couleurs flashies qui s’entrechoquent et l’humour acide de Jean Yanne qui vient se répercuter dans toutes les pages, en égratignant hommes politiques et idées à la mode de l’époque. Drôle, sympathique et nostalgique à la fois, avec cette intégrale, Casterman nous replonge dans les Trente glorieuses, une époque où la vie semblait plus facile.

Pour terminer, précisons que la série a été interrompue brutalement par l’éditeur en raison d’un ton jugé trop irrévérencieux à l’époque.

François Membre (Le courrier Picard)

Les commentaires sont fermés.