Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

FABULEUX CAHIER DE PRESSE DE TOUT LE MONDE IL EST BEAU, TOUT LE MONDE IL EST GENTIL.

img187 - copie.jpg

Né à Casablanca (80 kms de Skhirat) d'une mère indigène et d'un père indigent, Tito Topin s'affirme très vite comme l'un des plus brillants espoirs de son siècle et quand il intègre l'armée, il devient le premier militaire intelligent depuis César. Emigré en Amérique du Sud, il pratique la contrebande de chaussettes en soie sur le rio de la Plata, puis se marie à Buenos Aires. Il possède actuellement sept femmes, dont trois légitimes.

De retour en France, il rencontre Jean Yanne et tous deux décident de ne rien faire du tout. Une équipe de "nègres" aux formes callypiges, moyennant une poignée de dollars, fabriquent pour eux La langouste ne passera pas, le seul album de bandes dessinées qui obtient, au prix d'un affreux marchandage et de sombres tractations, deux voix au Goncourt. L'album suivant, Voyage au centre de la C…ulture, n'obtient rien, Tito Topin ayant cette fois-ci refusé de repeindre la cuisine d'Hervé Bazin. Faute de distinction littéraire, il envisage alors plusieurs Oscars grâce à ses nombreuses participations dans l'actuel film de Jean Yanne. Le générique, notamment, véritable fresque monumentale, évoque par certains aspects les plus positifs, encore que non des moindres, la tapisserie de Bayeux. Deux avantages toutefois : le générique est en meilleur état que la tapisserie, et en plus, il bouge.

(Extrait du fabuleux cahier de presse de Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil, comprenant en outre des renseignements déterminants et longtemps tenus secrets, tels que : une impressionnante fiche technique, une éblouissante fiche artistique, un foudroyant avant-propos, un délirant synopsis, une pénétrante présentation du génialissime auteur, une causerie musclée avec ce même génialissime auteur, de souveraines notices sur ses irrésistibles interprètes et ses collaborateurs réduits en esclavage.)

Les commentaires sont fermés.