Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/12/2011

Tito Topin et Jean Yanne. Un dossier bourré de docs accompagne cette édition de La Langouste !

img039.jpg

C’était au temps où le monde était gouverné par De Gaulle, Nixon et Mao Tsé Toung, où nos aînés avaient foi dans le nucléaire et le pétrole et se languissaient à la vue de Brigitte Bardot, choisissaient entre les Beatles et les Rolling Stones, regardaient sur l’ORTF (en noir et blanc) les shows yéyés de Jean-Christophe Averty. Un autre monde.

La révolution était dans l’air. (...) Chacun voulait être dans le coup, voulait « faire jeune ». (...) Les éditions Casterman, ébahies par le succès d’Astérix qui décollait vraiment dans ces années-là, cherchaient la potion magique qui allait « moderniser » leur catalogue.

Passe Jean Yanne, ludion des médias, nouvelle star du grand comme du petit écran. Tout ce qu’il touche vaut de l’or. On lui commande une BD. C’est Tito Topin dont le trait est « psychédélique » et « pop » (...) qui s’y colle.

Il avait tapé dans l’œil des éditeurs de la maison tournaisienne avec ses quelques pages publiées dans des journaux catholiques. C’est un pur débutant. Jean Yanne et Tito Topin n’ont, l’un et l’autre, aucune expérience dans la BD. Cela donne "La Langouste ne passera pas !!", cet OVNI, décousu au possible, truffé de jeux de mots improbables et de références aujourd’hui quasi cryptiques, mais passionnantes si l’on veut bien s’y pencher : parodies de publicités et des médias, caricatures d’hommes politiques, allusions à la situation économique, à la mode, aux films de SF (...). La notoriété de Jean Yanne fait la différence. La BD est pré-publiée dans Télé 7 Jours, le plus fort tirage de la presse hebdomadaire d’alors. L’album se vend à près de 150.000 exemplaires, un succès sans lendemain – l’expérience s’arrêtant au deuxième titre car, irrité par l’anticléricalisme de Jean Yanne, Louis-Robert Casterman milita pour l’avortement… de cette collection. Exit Les dossiers du B.I.D.E., car tel était leur nom.

Les deux seuls volumes publiés figurent dans cette intégrale.

Tito Topin quitte alors la BD pour faire carrière dans le cinéma et la télévision. On lui doit notamment la création du Commissaire Navarro qui fut des années durant la potion magique des soirées de TF1 (...).

À la faveur des fêtes, la Langouste s’invite sous le sapin. La nostalgie aussi.

Didier Pasamonik

Les commentaires sont fermés.