Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/01/2011

De bouche à bouches.

Vous connaissez tous Chantal Pelletier, aussi je ne résiste pas à l’envie de vous communiquer le plaisir que m’a donné son « De bouche à bouches », mariage réussi de la littérature et de la nourriture, des mots et des mets. Ce roman croise deux de ses passions: la cuisine et le voyage.  Son héroïne est une photographe de 33 ans, célibataire, à la notoriété naissante. Occupée surtout d’elle-même, elle perd soudain le goût des aliments, perdant du même coup celui de vivre. Devenue « bouche morte », elle choisit de s’enfuir, entamant un tour du monde initiatique à la recherche du goût perdu. Suisse, Inde, Italie, Japon, elle traverse des contrées aux gastronomies contrastées, se désespère, grossit, s’intoxique quand son nez se révèle mauvais flic. Car, par chance, il lui reste le  nez et les yeux qui compensent tant bien que mal la frigidité de ses papilles quand elle se met à cuisiner pour les autres. Comme dans une sorte de compagnonnage, elle apprend auprès de maitres l’art modeste de nourrir et c’est une révélation : la découverte que nourrir est aussi bon que se nourrir. « La satisfaction de fabriquer un plaisir que ma bouche ignorait valait presque celle que j’avais eue jadis à savourer. » Le roman gourmand de Chantal Pelletier, jouisseuse sensuelle et crue, ouvre sur toutes les cuisines du monde, roule les mots dans toutes les sauces, se délectant de leur saveur, sans fournir d’autres recettes que celles qui ouvrent l’appétit de vivre.

Editions Joelle Losfeld

Précipitez-vous chez votre libraire, nourrissez-vous.

De bouche à b.jpg

 Et pour ceux qui ne connaîtraient pas Chantal, retrouvez-la sur Facebook ou sur son site : chantalpelletier.free.fr.

Nouvelle photo site_2_2.JPG


 

Les commentaires sont fermés.