Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/05/2010

Au lit, Sondra Lee !

Vendredi 16 avril. Au saut du lit, la télévision nous apprend entre deux spots publicitaires qu’un volcan islandais au nom imprononçable ayant fait son intéressant il y a quelques jours, le trafic aérien du nord de l’Europe est fortement perturbé par le nuage de cendres qu’a engendré l’éruption. Aussitôt consulté sur internet, Air France nous rassure. Notre vol est maintenu. Le chauffeur de Martine nous dépose à J.F.Kennedy Airport et à peine sommes-nous dans le hall que nous prenons conscience de la situation. Tous les avions, y compris le nôtre, restent au sol. Nous faisons une queue interminable au comptoir d’Air France et plus d’une heure après, alors que circulent les rumeurs les plus pessimistes, un employé nous attribue du bout des lèvres deux places sur un vol pour le jeudi suivant, le 22. “Qu’est-ce qu’on fait, en attendant ?” demande Chantal, stupéfaite. “Ce que vous voulez,” répond le guichetier en appelant le suivant. Si vous avez des réclamations à faire, faites-le au volcan, pas à nous, voilà ce que ça voulait dire. Coup de fil à Martine pour l’informer de la situation. “Pas de problème, prenez un taxi, venez me rejoindre au bureau, on ira à la maison”, dit-elle en riant. Nous voilà revenus à notre point de départ, sur la 57e Avenue. A sept heures, Martine doit rejoindre des amies dans un restaurant italien. Je ne me ferai jamais avec cette habitude américaine de manger tôt. Chez moi, en Provence, on en est à l’apéro quand ils sont déjà au dessert. Le restaurant est inconfortable, bruyant, les serveurs nuls et les cuisiniers confondent sauce bolognaise et ketchup mais les amies de Martine sont folklos. Il y a celle qui est recouverte de bijoux anciens, des oreilles aux chevilles, et qui les vend. Elle n’a pas besoin de boutique, la marchandise est sur elle. Quand elle s’agite, elle cliquète. Il y a celle qui fait des vêtements, elle les porte aussi sur elle. Ils sont réversibles, elle en fait la démonstration. Et il y a Sondra Lee (ça ne sent pas le pseudo!), une petite bonne femme marrante sans cesse en mouvement qui vient d’écrire un livre de souvenirs sur ses amants. Marlon Brando, Jean-Pierre Aumont, Mouloudji ont partagé son lit. Plus un seul n’est vivant mais elle n’y est pour rien, précise-t-elle.

img003.jpg

11:04 Publié dans Nouvelles | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.