Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/05/2010

Une journée à Vancouver B.C.

Vendredi 9 avril. Toujours en extase devant la vue qui nous est offerte de l’appartement de Doris et Edouard D. Ce matin, Chantal veut aller chez un coiffeur. Doris lui prend rendez-vous dans le centre. J’en profite pour aller faire un tour dans une librairie. Aucun livre, aucun magazine français à part Courrier International. Le Canada est bilingue mais la seconde langue n’est pas le français, contrairement à ce qu’on croit, c’est le chinois, du moins côté ouest. A l’heure du déjeuner, je rejoins Chantal et nos amis dans le restaurant de l’hôtel où nous avions rendez-vous. Bel endroit. L’après-midi, ils nous emmènent au Museum of Anthropology visiter les totems et ce qui reste de la civilisation indienne. En voyant les conditions misérables dans lesquelles ils vivaient avant l’arrivée de Jacques Cartier en 1534, on ne peut que se réjouir qu’il leur ait apporté du whisky, des cigarettes, des chemises amidonnées, des rocking-chairs, le bonjour de François 1er et autres merveilles de notre civilisation.

IMG_2335 - copie.JPG
IMG_2373 - copie.JPG
Aujourd’hui les Iroquois, les Séminoles et les Micmacs ne portent plus de plumes sur la tête mais des chapeaux melon comme tout le monde et ne s’appellent plus des Indiens mais des Amerindiens, de peur qu’on les confondent avec les habitants de Bombay. A la boutique du Musée, j’achète en solde un colon de Côte d’Ivoire qui représente un magistrat en me demandant comment il a atterri ici. Carved colonial figure tall: 50,40 dollars soit 37 euros, une affaire. Au retour, on s’arrête dans une boutique pour animaux. Il y en a partout. On y trouve même un rayon pâtisserie pour chiens. On achète une friandise pour Pirate, notre chien laissé en pension chez ma fille et le soir, dîner au Five Sails, devant la baie. Endroit magique. Tout n’est qu’ordre et beauté, luxe, calme et volupté, comme écrivait Baudelaire qui n’a pourtant jamais mis les pieds ici.
P1020910 - copie.JPG








Les commentaires sont fermés.