Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/05/2010

Hold it fellas !

Mardi 6 avril. En direction du métro aérien nous traversons un petit quartier français réunissant l'alliance française, un restaurant, une librairie avec livres et magazines. La libraire est antipathique et ne parle pas un mot de français, ce qui surprend pour quelqu'un susceptible de vous dégoter le dernier Goncourt sur une étagère. Nous achetons Paris-Match pour avoir des nouvelles du pays et nous sommes soulagés d'apprendre que Michel Drucker est heureux en ménage. Après cette bonne nouvelle, le métro nous conduit dans un faubourg éloigné du centre, Oak Park. A l'heure du déjeuner, on s'installe au Winberie's. Décor de brasserie avec de nombreuses affiches françaises de la première moitié du vingtième siècle vantant principalement les mérites d'un vin, d'un apéritif, d'une liqueur, d'un papier à rouler les cigarettes. Ces affiches ont l'air d'être très appréciées, on les a vues partout au cours de notre périple. Si vous en avez une dans un coin du grenier, sortez-la, prenez-la sous le bras et venez la vendre ici si vous avez le sens des affaires. A Oak Park, les trottoirs sont assez larges pour laisser passer une équipe de foot de front, les rues sont ombragées, bordées de riches villas de ce style victorien exhubérant qu'apprécient les fantômes et les chauve-souris. C'est le domaine de Frank Lloyd Wright, un des grands architectes de Chicago. Si ses villas me terrifient par leur aspect gothico-hanté, son église est un exemple de modernité, avec de beaux volumes, de beaux matériaux et des lignes pures. On n'y sent pas la présence de Dieu, ni des saintes, ni des saints, ce qui la rend sympathique à mes yeux, voire habitable. J'y verrai facilement un D.J. si, à peu de frais, on venait à la transformer en night-club. L'acoustique étant particulièrement bonne, le lieu se prêterait aussi à la lecture d'un des romans de Chantal. Je la vois bien y déclamant les vers de "Chairs amies", d'ailleurs elle ne résiste pas à la tentation de monter en chaire.

IMG_2161.JPG

Le soir, après avoir dîné dans un restaurant dont la serveuse est française, nous retournons au Buddy Guy's Legends. Au programme, Joel Paterson & The Modern Sounds. Genial, sympa. Hold it fellas !

IMG_2196.JPG

15:31 Publié dans Nouvelles | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.