Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/05/2010

Carnets de voyage (suite)

 

IMG_1788.JPG

Vendredi 26 mars. Le temps se gâte. Beaucoup de vent. Petit déjeuner au « Rue 57 » où nous avons pris nos habitudes depuis la veille et profitons de notre dernière matinée à New York pour aller au Guggenheim, dans l’Upper East Side. On monte en haut par l’ascenseur et on descend par une rampe inclinée en forme de spirale. La visite est rapide, accélérée par la pente, c’est tout juste si on a le temps de voir les tableaux. Kandinsky file, Mondrian fonce, pas le temps de voir Bonnard. J’ai peur de terminer sur les fesses comme sur les toboggans de mon enfance. Chantal me devine anxieux, elle sait que je n’ai pas peur de prendre l’avion mais que j’ai peur de le rater. On s’engouffre dans un taxi, on passe prendre nos bagages à l’hôtel et nous arrivons à Newark avec une sérieuse avance ce qui nous laisse assez de temps pour mastiquer un sandwich qui doit venir de l’Alaska pour être aussi gelé. On décolle. Direction Raleigh, Caroline du Nord, laquelle se trouve au sud pour ceux qui l’ignoreraient. Une voiture de location nous attend à l’arrivée avec un instrument de navigation appelé GPS, sans doute à cause de Georgette Pinto-Sanchez, la dame qui prête sa voix et nous ordonne de nous apprêter de tourner à gauche, à droite, d’aller devant, de faire demi-tour, de continuer sur cette route. Elle nous conduit jusqu’à Chapel Hill, où nous attend Yvon B., ses chiens, ses chats, ses chevaux. Réception chaleureuse. Il vit dans une maison isolée dans les bois, devant un étang où plane un aigle pêcheur.

IMG_1503.jpgIl est temps que j’entame la bouteille de Jameson que j’ai achetée en duty-free en traversant l’Atlantique.

 

Les commentaires sont fermés.