Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Carnets (suite)...

 

Waldorf Astoria.JPGJeudi 25 mars. Temps splendide. Nous plaçons délibérément cette journée sous le signe du Luxe en visitant le hall du Waldorf Astoria. Splendeur d’une époque révolue. En passant, j’achète une paire de Sebago moitié moins chère qu’à Paris, ce qui est toujours pris en ces temps de crise, et nous entrons au Moma. Là, Chantal et moi décidons de nous séparer. J’aime la peinture, elle aime les installations. La dernière que j’ai eu l’occasion de voir, c’était des rangées parallèles de cordes d’où pendaient des salopettes, toutes identiques, tenues par des épingles à linge de couleurs différentes. Trop violent pour moi. Après la visite, on se retrouve au Jardin des Sculptures et comme le restaurant est au même niveau, on s’y installe. Bel endroit. Beau service. Le steak tartare que je commande est caché sous un œuf de caille. Il est délicieux, j’en aurais pris volontiers une seconde bouchée. L’après-midi, Chantal part à Chelsea visiter les galeries d’art contemporain. Par prudence, je reste à l’hôtel. Lecture. Sieste. A son retour, nous allons rendre visite à un ami à elle, P… Bel appartement. Vue magnifique sur les lumières de New York au crépuscule. P… nous emmène dîner à Chinatown dans un vietnamien qu’il apprécie. Eclairage atroce, cuisine immangeable. On fait semblant d’apprécier en le voyant se régaler. Nous le quittons et partons à pied vers le Blue Note, à quelques blocs de là, pour écouter le quintet de Bill Evans avec un certain Robben Ford à la guitare. L’entrée est à 20 dollars et donne droit à une consommation. Formidable. Du souffle. Blow, blow, blow.

Sculptures.Moma.N-Y.JPG

 

 

Les commentaires sont fermés.