Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

CHRONIQUES DU BUS 84.

Il est monté à l'arrêt Saint-Augustin, sur la place qui doit son nom à l'église la plus laide de Paris avec en façade, comme des dents carriées dans une mâchoire de vieillard, les statuettes de Jesus et de ses douze apôtres corrodées par les fientes et la pollution, le tout sous une rosace qui fait penser à un cul de poule. A chaque seconde, on s'attend à une défécation. Devant tant d'horreur accumulée, on ne peut que remarquer combien son architecte, monsieur Victor Baltard, créateur des pavillons des Halles, était plus inspiré par le ventre de Paris que par l'âme de ses habitants.

Il est monté à l'arrêt Saint-Augustin et s'est assis en face de moi, écharpe de laine noire disposée sur les épaules comme une étole, chemise noire, crucifix noir sur la poitrine, veste noire sous un long manteau noir et il a serré son parapluie noir entre ses genoux, les mains gantées de noir réunies sur le pommeau. Le visage est pâle, les cheveux noirs sont rasés sur les tempes et sur la nuque, coupés en brosse raide sur le dessus du crâne, comme le sont les militaires de carrière et les nazillons perdus dans l'Histoire. Il doit avoir vingt-cinq ans, il se tient droit sur son siège, les fesses serrées comme s'il regrettait d'avoir à poser son cul là où d'autres l'ont fait. Par la fenêtre du bus qui reprend de la vitesse, il suit comme à regret la statue équestre de Jeanne d'Arc jusqu'à sa complète disparition. Alors seulement il se résigne à regarder devant lui. Il me voit et se détourne aussitôt.

Photo du 61836489-02- à 17.10.jpg

Les commentaires sont fermés.