Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Rencontre littéraire à Casablanca

    TITO.Nov.09.JPGLa Fondation ONA organise une rencontre littéraire avec l’écrivain Tito Topin autour de son œuvre « Casablanca en Polar-oïd », Né en 1932 à Casablanca, Tito Topin a de nombreuses vies à son actif : graphiste de publicité, scénariste, « père » du Commissaire Navarro, il est également l’auteur à succès de nombreux romans noirs et policiers. Depuis la sortie de Graffiti Rock en 1982 dans la célèbre Série Noire de Gallimard, il n’a cessé d’explorer l’univers du polar, « un genre avec ses codes, rien à voir avec la réalité » dixit. Un genre à travers lequel s’exprime clairement son attachement à la littérature de Chandler, Goodis, ou aux séries B des années 50 dont il s’est longtemps nourri. Sa passion de l’image et son sens de la narration apparentent d’ailleurs son écriture à celle du cinéma, avec une succession d’histoires parallèles, de scènes indépendantes et simultanées dont la force repose sur une esthétique très visuelle associée à des enchaînements rythmés. Casablanca a été mise en scène de nombreuses fois dans une série de romans qu’on a coutume d’appeler «sa série marocaine » : 55° de fièvre, Piano Barjo, le coeur et le chien….et tout dernièrement «Photo Finish», publié en 2008 dans la collection Rivages/Noir. Dans le cadre d’un documentaire témoignant du regard qu’il porte sur sa ville de naissance, Tito Topin aujourd’hui à son tour revient, tout comme ses personnages de Photo Finish, « flâner, retrouver le Casa qui les avait forgés, imprégnés jusque dans leur chair…»

    Comme le titre de la rencontre l’indique, c’est une invitation à parcourir, à travers l’œuvre éclectique et foisonnante de Tito Topin, à la fois l’image d’une ville, Casablanca, et l’esprit d’un genre, le Polar. Ce Casablanca purement romanesque au croisement de la réalité urbaine actuelle, si complexe, offre de nombreuses pistes de réflexions sur la façon dont se construit l’identité d’une ville dans notre imaginaire, et les avatars dont toute ville prolonge, grâce au roman ou au cinéma, sa propre existence.

    Mardi 10 Novembre 2009 à 19h à la Villa des Arts de Casablanca. Entrée Libre.