Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/05/2009

Parfois je me sens comme un enfant sans mère

- C'est quoi, ça ?

- Mon dernier bouquin. Il sort en librairie à partir du 13 mai.

- De cette année ?

- Imbécile, je fais en haussant les épaules.

- Qu'est-ce que c'est que ce titre à la con ? qu'il me fait Albert avec sa voix haut perchée (je ne vous présente pas Albert, vous ne le connaissez que trop) Un titre, ça doit être court, percutant, comme par exemple : Clash ! Stop ! Hulk !

- Tu confonds titre et onomatopée, je réponds sans me mettre en colère depuis le temps que j'ai l'habitude de me farcir cet abruti. Mais tu as raison, surtout qu'un enfant sans mère, ce n'est rien d'autre qu'un orphelin. Je pourrais faire : "Parfois je me sens comme un orphelin", par exemple. Oui, c'est pas mal.

- Encore trop long, me dit Richard (si vous ne connaissez pas Richard, dites-vous bien que ce n'est pas grave, on peut s'en passer). Ça veut dire quoi, parfois ?

- C'est vrai qu'un orphelin ne peut pas être parfois un orphelin, il est toujours un orphelin. Je peux le supprimer. Je me sens comme un orphelin, qu'est-ce que vous en dites ?

- Hummmm, fait Albert en mordant dans un croissant tellement rassis qu'il a l'air d'avoir connu Moïse.

- Je me sens comme, ça sonne mal.

- Je me sens orphelin. Vous avez raison, c'est mieux.

- Pourquoi, je me sens ? dit Richard en se grattant la cuisse. Est-ce qu'on se sent soi-même ? Orphelin, ça suffirait.

- Voilà un bon titre, renchérit Albert. ORPHELIN !

- Oui, seulement, le héros du livre n'est pas orphelin, vous comprenez ? C'est juste qu'il se sent comme un orphelin mais il ne l'est pas.

- Il est quoi ?

- C'est un mec, vous voyez, qui est acculé, menacé d'extinction, mais qui se défend comme un tigre.

- Ouais ! Phélin ! Supprime "or", s'écrie Albert.

- Ça, c'est un titre ! Félin !

- Ouais, personnellement, je trouve pas… Et puis, ça résume pas le bouquin.

- On s'en fout.

- Ouais, on s'en tape. C'est quand, qu'il sort en librairie, tu m'as dit ?

- Le 13 mai.

- De cette année ?

Je vous ai prévenus, ils sont infréquentables.

Parfois.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au milieu d'une cité oubliée des dieux, un étrange individu venu on ne sait d'où subjugue ses habitants et leur ordonne d'édifier un nouveau temple. La cité abandonne sa routine pour se consacrer, pleine de ferveur, à cette tâche immense. Pendant ce temps, Bruno Weissmann tue un flic et s'évade du commissariat où il avait été arrêté pour rejoindre la nouvelle communauté, devenue le refuge des âmes perdues, et constituer un groupe armé. Le commissaire Ballard est dépassé mais cela fait des années qu'il a l'impression que la police ne comprend plus grand-chose à la société qui l'entoure. Quand une guerre éclate ouvertement entre la police et l'armée des illuminés que dirige Weissmann, Ballard, coincé par sa hiérarchie, est chargé d'une terrifiante mission au cœur d'un monde apocalyptique.

La vision crue, hallucinée, d'une société en pleine déliquescence qui pourrait être la nôtre dans un avenir proche.

 

 

10:35 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.